Kafka, l’éternel fiancé

nous voyons revivre auprès de Franz la berlinoise Felice Bauer, représentante de commerce, «la jeune fille qu’il n’a vue qu’un soir, une heure à peine, coiffée d’une capeline beige et blanc», avant de lui dédier – outre une centaine de lettres, télégrammes, messages – Le verdict, le seul récit qu’il jugera valable jusqu’à sa mort. L’a-t-il aimée, espérée ou imaginée, du fond de sa solitude, celle dont il dit au premier coup d’oeil «qu’elle est sans charme, sans attrait, décidée, pleine d’assurance, robuste ?»

Lire plus »
Le dur désir d’aimer

« L’amour est un acte sans importance, puisqu’on peut le faire indéfiniment »", tel est le théorème énoncé en ouverture du Surmâle, roman publié en 1902 et qualifié de «  »moderne »" par son auteur, Alfred Jarry. Pour Paul Audi, la vérification de la validité de ce théorème telle qu’elle s’accomplit dans le roman de Jarry éclaire d’un jour nouveau la fameuse thèse de Jacques Lacan selon laquelle « l’amour supplée » au fait « qu’il n’y a pas de rapport sexuel ». Car, en imaginant un « sur-mâle » capable de faire l’amour plus de quatre-vingts fois d’affilée avec une même femme et en se demandant par là si l’acte sexuel, quand il s’avère voué à la répétition, ne fait pas de l’amour quelque chose d’insignifiant, Jarry posait une question autrement pertinente : que signifie faire l’amour ? Que fait-on exactement quand on « fait l’amour » ? Mieux : quel est donc cet amour dont on dit qu’il est « fait » ?
Lire Lacan à la lumière de Jarry permet d’affronter depuis une perspective imaginaire – et pas seulement psychanalytique – le problème du désir et de ses rapports tragi-comiques à la jouissance et à l’amour.

Lire plus »
Dissertation philosophique

Vers une méthodologie… Quod vitae iter sectabor ?   écider d’esquisser une méthodologie peut sembler relever du paradoxe lorsqu’il s’agit de la philosophie, plus particulièrement de l’acte philosophique. Rappelons que si l’on apprend pas à philosopher, ce n’est uniquement comme le propose Kant que l’on apprend à philosopher en philosophant. Dès lors si nous sommes …

Lire plus »
Philosophie politique I

  Du politique à la politique L’invention de l’Etat et la pratique du pouvoir l faut d’abord souligner que l’existence humaine est une existence sociale. La société désigne un ensemble d’individus qui sont unis par des rapports spécifiques : familiaux, professionnels, économiques. L’homme apparaît d’emblée comme un être social par l’intermédiaire de la famille, de la …

Lire plus »
Raturer outre

  Yves Bonnefoy   e livre de poésie qu’Yves Bonnefoy vient de faire paraître aux éditions Galilée doit être tenu pour un des plus importants de son auteur, malgré sa relative brièveté, en accord avec le choix d’une forme régulière elle-même brève, celle du sonnet. Vingt-huit sonnets, donc, pour, selon le titre (dont il s’explique …

Lire plus »
L’instant de ma mort

Maurice Blanchot   Didier Cahen / « L’INSTANT DE MA MORT ? », Maurice Blanchot L’instant de ma mort ? : sous ce titre d’une évidence énigmatique, Maurice Blanchot nous offre un court récit qui éclaire l’improbable destin d’un homme. L’histoire se passe à la fin de la guerre. Le narrateur raconte les circonstances qui le menèrent …

Lire plus »
L’Ouïe éblouie

Michèle Finck par Claude Vigée   « La souffrance est aussi un royaume de l’homme » Une lecture des poèmes de Michèle Finck : Les larmes de l’oreille, Dijon, Poliphile, 2006 et L’ouïe éblouie, Voix d’encre, Montélimar, 2007.* I Dans un monde nocturne en proie à une guerre intestine perpétuelle, où « Blanche-Neige et Noire-Neige luttent au poignard » sans jamais …

Lire plus »
UA-20206382-1