O Solitude

Catherine Millot Dans son roman “O Solitude”, Catherine Millot nous convie à un voyage intérieur, vers un au-delà insoupçonné de soi. Elle nous emmène pour une navigation, en Méditerranée pour commencer, en mer du Nord pour finir. Le bruit de la mer, nous berçant et nous menant vers d’autres solitudes.“L’horizon est un cercle parfait, la …

Lire plus »
Survivre

Samedi, j’étais reçu par nos amis de Lille. En particulier, Daniel Weiss a fait une très belle, fine et pertinente présentation de mon livre, ce qui m’a donné des ailes, de sorte que, apparemment, ce que j’ai raconté en réponse à leurs questions les a intéressés au point qu’à la fin les deux Daniel – …

Lire plus »
Arendt et la Politique

  Arendt et la politique grecque Dans la Condition de l’homme moderne (dont le titre original est The human condition), Arendt établit une triple caractérisation de la condition humaine. L’existence consacrée à lavita activa, l’homo faber, et enfin l’animal laborans, qui sont marqués, respectivement, par trois activités : l’action, la création d’œuvre et le travail. La modernité a, …

Lire plus »
Héritage de mai 68

Carole Dely rencontre Jean-Luc Nancy pour évoquer dans une histoire dite originale, – comme le propose Hegel -, mai 68. Si, ce dialogue souligne à quel point mai 68 est éloigné des représentations gratuites que nous pouvons en avoir, penser mai 68 semble alors revenir au plus près d’une expérience du « politique » fondée sur une Raison comme ouverture à un « au-delà » de cette dernière du moins, dans de ces formes classiques. C’est peut-être dans ce sens que « …l’exigence plus ou moins sourde dont je parle et dont 68 fut le symptôme est celle-là : comment toucher aux « Lumières » (puisque ce terme est le plus emblématique) ? Par exemple : pourquoi et dans quel sens appeler de « nouvelles Lumières » comme le faisait Derrida ? Autrement dit, comment rouvrir la Raison plus loin, plus haut, plus avant ? Mais en même temps la rationalité technique et capitaliste des fins indéfinies et de l’équivalence marchande indifférente aux injustices et aux exploitations n’a pas cessé de gagner partout, pauvrement appuyée sur une rationalité juridique qui s’efforce d’affiner des « droits de l’homme » qui ne cessent de reléguer à plus tard la question de cet « homme » lui-même. Voilà ce dont il s’agit : nous refaire une Raison – alors que de toutes parts on ne semble pouvoir faire mieux que de se faire une raison (de la violence guerrière, mafieuse, financière et polluante…).

Lire plus »
Approche de la philosophie critique kantienne

I/ Contexte Cet ouvrage contient la théorie kantienne de la connaissance. Elle répond à la question “ que puis-je savoir ? ”. Notons que savoir correspond au sens d’une connaissance fondée universellement et scientifiquement. Kant doit être situé entre ce que l’on nomme la métaphysique dogmatique (type Platon, Descartes, Wolf en Allemagne disciple de Leibniz) …

Lire plus »
Sans encolure

« Etre psychanalyste », cela me fait penser tout de suite au petit fragment de Kafka, non datable, si l’on pouvait être un Peau-Rouge. « Si l’on pouvait être un Peau-Rouge, toujours paré, et, sur son cheval fougueux, dressé sur les pattes de derrière, sans cesse vibrer sur le sol vibrant, jusqu’à ce qu’on quitte les éperons, parce …

Lire plus »
Philosopher, est-ce apprendre à mourir ?

orsqu’ Epicure dans sa Lettre à Ménécée soutient que, la mort n’est rien pour nous, il entend peut-être affirmer la nécessité du rejet de la crainte de la mort.  Dès lors, renvoyer la mort à ce qu’elle doit être, c’est-à-dire rien, inaugure la possibilité d’une vie heureuse, ayant comme horizon l’espoir d’accéder au bonheur. [1] …

Lire plus »
La Différence sexuelle n’existe pas…

Bien entendu, il y a des sexes, deux ou plus, c’est selon[1] ; il y a des hommes et des femmes, nul ne peut nier cette dualité constitutive de l’espèce humaine, qui la divise en deux « moitiés », pas plus qu’il n’est possible de nier la clarté du jour et l’obscurité de la nuit, en dépit …

Lire plus »
UA-20206382-1